Page:Flaubert - Par les champs et par les grèves.djvu/198

Cette page n’a pas encore été corrigée


allaient, sans que la danse en fût troublée, et ils rentraient de suite quand ils avaient repris haleine. Pendant près d’une heure que nous considérâmes cet étrange exercice, la foule ne s’arrêta qu’une fois, les musiciens s’étant interrompus pour boire un verre de cidre; puis, les longues lignes s’ébran- lèrent de nouveau et se mirent il tourner. A l’en- trée de la cour, sur une table, on vendait des noix; à côté était un broc d’eau-de-vie, par terre une barrique de cidre; non loin, se tenait un parti- culier en casquette de cuir et en redingote verte; près de lui, un homme en veste avec un sabre suspendu par un baudrier blanc : c’était le com- missaire de police de Pont-I’Abbé avec son garde champêtre.

Bientôt, M. le commissaire tira sa montre de sa poche, fit un signe au garde qui alla parler à quel- ques paysans et l’assemblée se dispersa.

Nous nous en revînmes tous quatre de com- pagnie à la ville et nous eûmes dans ce trajet le loisir d’admirer encore ici une de ces combinaisons harmoniques de la Providence qui avait fait ce commissaire de police pour ce garde champêtre et ce garde champêtre pour ce commissaire de police. Ils étaient emboîtés, engrenés l’un dans l’autre. Le même fait leur occasionnait la même réflexion, de la même idée ils tiraient des déduc- tions parallèles. ’Quand le commissaire riait, le garde souriait; quand H prenait un air grave, l’autre avait un air sombre;, si la redingote disait : «•il faut faire cela », la! veste répondait : «.j’y avais