Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/347

Cette page n’a pas encore été corrigée


Sandeau, Plessy, Maury. — Dîner chez la Tourbey : Cabarrus, Marchai, Gozian, Gatayes, Théo, Ernesta, Saint-Victor !…

Le lendemain, chemin de fer à 8 heures 30, matin. — Deux bourgeois. — Rouen ! Hôtel-Dieu !

Voilà trois jours passés à peu près exclusivement à dormir. Mon voyage est considérablement reculé, oublié ; tout est confus dans ma tête, je suis comme si je sortais d’un bal masqué de deux mois. Vais-je travailler ? vais-je m’ennuyer ?

Que toutes les énergies de la nature que j’ai aspirées me pénètrent et qu’elles s’exhalent dans mon livre. À moi, puissances de l’émotion plastique ! résurrection du passé, à moi ! à moi ! Il faut faire, à travers le Beau, vivant et vrai quand même. Pitié pour ma volonté, Dieu des âmes ! donne-moi la Force — et l’Espoir !…


Nuit du samedi 12 au dimanche 13 juin, minuit.


Gustave Flaubert.