Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/284

Cette page n’a pas encore été corrigée


est relevé d’un cordonnet noir qui coule dessus ; les cheveux, sur le derrière de la tête, sont pris dans une coiffe blanche, une mèche se détache naturellement de son bandeau blond gris pâle. Profil calme et d’une douceur charmante, œil tranquille, très ouvert.

Toile d’un grand ragoût. Salvator Rosa. La Forêt des philosophes, paysage !!! La Paix brûlant les armes de Mars. — À droite, massif d’arbres rose tabac, qui vont s’abaissant en perspective vers le fond et s’éclaircissant de ton à mesure qu’ils s’éloignent ; au pied de cette ligne d’arbres, de l’eau.

Au premier plan, à gauche, un grand arbre et un autre plus petit ; au pied du grand arbre, la Paix brûle les armes de Mars.

TRIBUNE

ANDRÉ DEL SARTO. Sainte Famille. — La Vierge au milieu, debout sur une sorte d’autel votif, portant le Bambino sur son bras droit ; à ses côtés, plus bas, un moine en gris portant une croix, et une femme en rouge portant un livre ; des deux côtés du piédestal sur lequel est la Vierge, des enfants ailés. La chevelure des deux femmes est rouge brun. La Vierge, vêtue en robe rouge, retient sur sa cuisse gauche une draperie verte avec un livre appuyé dessus par la tranche ; sur la poitrine et le bras, passe une draperie jaune ; sur sa tête, un voile blanc tombant sur l’épaule gauche. Sa main droite est sous la fesse du Bambino, qui appuie son pied droit sur le haut de sa cuisse et