Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/275

Cette page n’a pas encore été corrigée


Elisabeth en vert, couverte par le bas d’une draperie jaune ; elles sont sous une architecture à petits piliers Renaissance rehaussés d’arabesques ; fleurs sous leurs pieds.

ANDRÉ DEL SARTO. Son portrait, jusqu’au buste. — Fort beau. Robe grise, chaperon noir, cheveux brun roux, nez fort, bouche dessinée, yeux cernés et noirs, la physionomie ardente et attentive.

RIDOLPHI GHIRLANDAJO. Translation du corps de saint Zénobe porté à la cathédrale. — Eclat gras de la couleur, aucune idéalité, au sens raphaëlesque du mot ; les têtes sont surtout expressives. Grande manière de peindre, vraie et forte.

GEORGE VASARI. Portrait de Laurent de Médias. — Assis, en robe verte à fourrure tachetée aux parements ; le visage est maigre, le nez bombé, la mâchoire inférieure carrée et avancée, un peu en gueule de singe ; le nez creusé en dedans, fin et relevé du bout ; le front bombé, le teint général bistré, pas de barbe ; mains grandes, maigres et vigoureuses, très étudiées.

ALEXANDRE ALLORI. Le Sacrifice d’Isaac. — Curieux pour la composition. D’abord, en commençant par la gauche, on voit dans le fond une maisonnette. Scène rustique : 1° Isaac et Abraham se mettent en marche ; 2° plus près de nous, Isaac fait le paquet de bois, fane est là ; 3° au premier plan, nous voyons l’âne chargé des provisions, un chien qui fouille dans un panier à terre et deux hommes qui dorment sur l’herbe ; 4° Isaac et Abraham sont en marche.

(Comme dimension, nous sommes ici au sujet principal de la toile, Isaac porte le bois et Abraham un brandon allumé. Belle draperie rouge et jaune