Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/262

Cette page n’a pas encore été corrigée


mère de Trajan, la chevelure ainsi montée est faite en quantité de petites mèches frisées.

VATICAN

Chevaux marins portant des femmes sur leur dos. — Malgré la ressouvenance du sabot, comme forme générale, le bout des pieds est palmé ; à l’angle interne des épaules, nageoires ; la crinière aussi, divisée en larges mèches plates séparées, ressemble à des crêtes de dos de poisson.

Lucille, buste. — Chevelure pareille à celle de la Cléopâtre du Musée de Naples, yeux sortis de tête, très ronds, très grands ; les narines sont ouvertes et remontent, nez fin et large du bas ; la bouche, petite, est avancée et fait la moue.

Buste d’un inconnu et de Salluste (non l’historien). — Ce dernier, drapé dans une draperie d’albâtre oriental. Ouvrages médiocres. À considérer le travail de la barbe qui est installée en lignes droites, figurant une barbe plate et peignée et non pas frisée, comme d’habitude.

Bustes : les deux premiers inconnus, le troisième de Philippe. — Drapés du cinctus gabinus, ou du laticlave ? Une épaisse bande de draperie, et partant toujours de l’épaule gauche, leur passe carrément sur le bras, sur la poitrine, et va se remplier en dessous à peu près au niveau du sein droit. Cette bande me paraît faite de plusieurs duplicata collés l’un sur l’autre. Dans un des bustes il y a, figurés dans l’épaisseur du marbre de cette bande transversale, quatre plis. Comment cela pouvait-il avoir lieu ? et d’où venait cette draperie ?

CLEMENTINO