Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/261

Cette page n’a pas encore été corrigée


rième, passé sous son voile, est posé sur sa tête et tombe des deux côtés avec son voile, pris dedans, et suivant ses plis.

Tête bachique couronnée de pampres. — Expression d’ivresse, charmante ; la bouche, entr’ouverte, sourit et montre les dents ; le col tendu ; la figure est portée en avant ; le pampre ciselé, déchiqueté, très mouvementé, retombant de sa couronne lui couvre la mâchoire en manière de barbe ; aux deux coins de la bouche, le pampre lui fait deux loupes.

Athys ? statuette. — Mauvais. Il est debout, à un tronc d’arbre ; à sa droite sont accrochées des crotales ; de la main gauche il tient un tambourin, et de la droite un bâton recourbé dont il semble le frapper ; il est vêtu d’une camisole à manches, nouée en haut et toute ouverte sur la poitrine, qu’elle laisse à nu, ainsi que le ventre jusqu’à la hauteur du pubis ; ses jambes sont enfermées dans une sorte de pantalon à plis, plus petit par le bas et noué au-dessus des chevilles, il est coiffé d’un bonnet phrygien.

Plotine (Tête supposée de), femme de Trajan. — Coiffée en longs boudins montant, lesquels, dans leur largeur, ont des trous comme pour y mettre des perles ou des pierres précieuses. Ce genre de coiffure montée et frisée se trouve quelquefois sans boudin ; les cheveux ne font qu’une seule masse sur le devant de la tête, et semblent tout crêpés d’un seul bloc ; ça imitait la plume, le duvet, la gorge de canard ou de cygne ? en tout cas, c’est fort laid en sculpture. Cette dernière chevelure devait se prêter à la poudre. Quelquefois, comme dans le buste que l’on croit de Matidie,