Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/254

Cette page n’a pas encore été corrigée


x Studii.

FARNÉSINE.

(2e chambre du 1er étage, en face la fenêtre.)

JEAN ANTOINE dit LE SODOME. Alexandre offrant la couronne à Roxane, fresque. — Roxane est assise sous un lit à colonnes cannelées et à rideaux rouges, des Amours lui retirent sa chaussure, les seins sont voilés d’une gaze blanche que va ôter un Amour ; derrière le lit, trois femmes : une négresse à bracelets d’or, une autre de dos qui porte un vase sur sa tête, une autre qui s en va.

Elle se déshabille, elle retrousse sa draperie jaune. Délicieuse tête blonde, pleine de luxure, rêveuse ; l’œil est noyé de langueur lascive, le ventre, vu sous la gaze sur laquelle par le haut circule un filet d’or, est tourné dans la torsion du torse, car elle est assise un peu de côté.

Mouvement très étudié de l’Amour qui retire sa sandale avec peine, un autre se découvre sous son jarret ; une rangée d’Amours soulèvent sur la corniche du baldaquin une énorme draperie verte, à grand’peine, et sont pris dessous, l’un d’eux en est enveloppé tout autour du visage, d’une manière ingénieuse qui lui en fait un capuchon et l’encadre. Dans le ciel, quantité d’autres Amours lancent des flèches.

Alexandre (stupide) présente la couronne. Dans l’autre coin du tableau, Alexandre est avec Ephestion.

Dessin lourd, décadent, mastoc, rococo, mais j’ai vu peu de choses plus excitantes et plus profondément cochonnes que la tête de la Roxane.

BORGHESE