Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/205

Cette page n’a pas encore été corrigée


CHEVAUX

Cheval du quadrige de Néron. — Râblé, plis nombreux sous le cou ; la tête est sèche comme toujours, et les narines très ouvertes ; poitrine large, base de l’encolure énorme, un bouquet de poils aux paturons et sur la sole. Son collier est en deux bandes de cuir plates et s’attache de chaque côté sur le haut des épaules avec de petites courroies. Les anciens ne brûlaient pas le poil dans l’intérieur des oreilles des chevaux ; ici il est peigné dans son sens, et dans la tête colossale 83, on dirait qu’on les a arrangés pour leur donner une espèce de forme de palme. La crinière toujours taillée toute droite, comme au Parthénon.

BUSTES

Buste d’un inconnu. — Chevelure sur le front en véritables tire-bouchons ; il y en a deux rangs, 42 en tout. Le tire-bouchon du rang d’en haut descend sur l’entre-deux des tire-bouchons du rang d’en bas. Les sourcils sont très longs et fortement indiqués. Vilain buste.

Ptolémée. Apion. — Chevelure en tire-bouchons plats. Au heu d’être un gros fil tordu, c’est une petite bande tordue ; les tire-bouchons sont retenus par un bandeau noué par derrière, plus courts sur le front et s’allongeant à mesure qu’ils se rapprochent des oreilles. Cette chevelure prise sous son bandeau, rappelle comme galbe le coufieh pris sous la corde en poils de chameau. L