Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/201

Cette page n’a pas encore été corrigée


a l’expression et la tête amoureuses, mélancoliques, données ordinairement au taureau qui enlève Europe. La figure d’Io, cornes naissantes dans la chevelure, est enfantine et étonnée, avec quelque inquiétude. L’Egypte, figure de même caractère que toutes les autres, tenant un serpent entortillé au bras gauche, lui tend la main droite, elle est entourée de voiles blanches. Pour faire saillir le jet du regard, on entassait les ombres dans les coins des yeux (témoin la Médée 96) et dans les bouches, qui rarement sont complètement fermées, tandis que dans le sommeil, au contraire, ils s’attachaient à dessiner la ligne mince des cils réunis (l’œil aux trois quarts fermé, comme il l’est la plupart du temps dans la nature, eut-il été trop laid ? et aurait ressemblé à la mort ? ).

PORTRAITS

La Servante indiscrète. — Peinture assez sérieuse, surtout la servante, coiffée d’une sorte de coiffe rouge. Me paraît être le portrait de deux femmes ; la maîtresse tient un stylet et des tablettes, de même que dans la prétendue Sapho 42, la position est la même. On se faisait peindre avec un stylet et des tablettes ou couronné de feuillages, comme maintenant la main appuyée sur un livre et en cravate blanche !

ANIMAUX

Une cigale sur un char traîné par un perroquet vert. — Fantaisie exquise, les Romains conna