Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/163

Cette page n’a pas encore été corrigée


contre la muraille du naos même, la dernière cannelure de la colonne se trouve de même plan que le pilier. — Mur.

Première partie : entrée carrée, la première assise des pierres subsiste, les pierres sont grandes comparativement au temple. L’architrave règne en entier, si ce n’est sur une colonne de la façade et sur les colonnes de l’antifaçade (côté qui regarde le golfe de Messénie).

C’était fort beau, ça dominait presque tout le midi du Péloponnèse, au milieu des chênes, en vue de deux mers et des montagnes.

En partant du temple, on monte toujours, la route se resserre, on arrive sur un sommet étranglé et sans horizon, d’où tout à coup s’ouvre un tableau d’autres montagnes. —Vallée immense sur la pente de laquelle est le village d’Andvitzena, où nous sommes.

Toute la journée nous avons tourné dans les montagnes boisées, le sentier faisant des coudes. Marchant le dernier (c’est la bonne place), je voyais quelquefois Max et François remonter en trottant sur l’autre côté de la gorge. Quelquefois, au fond de la gorge, le ravin na pas d’eau, les pluies se sont écoulées par un autre côté.

Une fois, cet après-midi, je ne sais plus où, un vallon escarpé dans toute la longueur de ses bords, régulièrement ridé par des petites gorges parallèles, très profond, s’en allant dans la mer d’Arcadie, et qui m’a rappelé celui qui passe sous Delphes et va vers Cirrha.

En sortant de déjeuner, François et son cheval se sont accrochés dans un arbre et ont eu du mal à en sortir.