Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - Notes de voyages, II.djvu/127

Cette page n’a pas encore été corrigée


s’il y avait eu là un ornement extérieur rapporté, un bouton de métal, une pierre précieuse.

PROPYLÉES

Ce chemin tournait, sans doute, au pied de l’aile droite des Propylées (aile plus longue que celle qui est en face), sur laquelle est bâti le petit temple de la Victoire aptère ; le chemin qui montait entre les deux ailes pouvait avoir des escaliers sur des côtés, quoiqu’on n’en voie pas de trace, mais au milieu il avait une voie dallée en marbre, avec des cannelures en relief, comme seraient des troncs d’arbres, pour faciliter la montée des chevaux. Séparé de l’aile gauche (Pinacothèque) et devant elle, est un piédestal en marbre bleuâtre, dont les couches de pierre sont séparées par des pierres plus minces, dalles mises à plat.

L’entrée du temple de la Victoire aptère est à l’Est et regarde la tour carrée bâtie en face de la Pinacothèque : cette aile des Propylées a été complètement détruite.

Le temple n’est pas bâti sur la même ligne que le mur de l’aile qui le supporte. Quatre colonnes ioniques pour portique, puis, pour supporter l’architrave du temple même, deux piliers plus étendus en long qu’en large.

L’autre face du temple (occidentale) a de même quatre colonnes ioniques, frisées, sculptées tout autour. — Élégance des colonnes, moindre pourtant que celles de Minerve Poliade et d’Erechtée, parce qu’ici les colonnes sont moins hautes.

On monte au niveau de la colonnade des Propylées