Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/678

Cette page a été validée par deux contributeurs.


en 1840, son fameux mémoire : Qu’est-ce que la Propriété ? Après la Révolution de Février il fonda le Représentant du Peuple, qui fut bientôt supprimé. Député de la Seine, il développa à la tribune de l’Assemblée constituante (31 juillet 1848) ses théories sociales en présentant un projet d’impôt sur le revenu, qui fut repoussé. De 1848 à 1850, il fonda successivement trois journaux, qui succombèrent sous les condamnations : le Peuple, la Voix du Peuple, puis de nouveau le Peuple. Le 31 janvier 1849, il créa sa Banque du Peuple, mais fut interrompu dans cette œuvre par une condamnation à trois ans de prison pour délit de presse.

P. 457. Considérant. — Considérant avait donné sa démission de capitaine du génie pour se consacrer à la propagande fouriériste. À la mort de Fourier (1837) il prit la direction de la Phalange, qui fut remplacée en 1845 par un organe quotidien, la Démocratie pacifique. Considérant fut député à la Constituante et à la Législative.

P. 457. Grâce à M. de Falloux. — M. de Falloux avait été nommé rapporteur dans la question des Ateliers nationaux et avait conclu à leur dissolution immédiate.

P. 480. Bréa. — Le général Bréa fut tué par les insurgés à la barrière de Fontainebleau, le 25 juin.

P. 480. Négrier. — Le général de Négrier (1788-1848) fut tué le 25 juin.

P. 480. Le représentant Charbonnel. — Le représentant Charbonnel fut tué place de la Bastille, le 25 juin.

P. 480. L’archevêque de Paris. — Mgr Affre (1793-1848), qui tomba victime de son héroïsme pendant les journées de Juin, était archevêque de Paris depuis 1840. Il avait été successivement professeur à Saint-Sulpice, grand vicaire de Luçon (1821), d’Amiens (1823), coadjuteur de Strasbourg (1839).

P. 482. Sénécal, enfermé aux Tuileries sous la terrasse du bord de l’eau. — 1,500 prisonniers furent enfermés sous la terrasse des Tuileries.

P. 484. Tiens ! en voilà ! dit le père Roque, en lâchant son coup de fusil. — « Pendant la nuit du 26 au 27, l’autorité militaire, voulant donner un peu d’air à cette horrible prison (la terrasse des Tuileries), fit sortir 250 détenus et les confia aux gardes nationaux de province. Pendant que ceux-ci les emmenaient, l’un d’eux, qui était ivre, fit partir son fusil ; les autres crurent que les prison-