Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/672

Cette page a été validée par deux contributeurs.


tuante. L’étoile de Ledru-Rollin ne tarda pas à pâlir. Il ne fut nommé que le dernier comme membre de la Commission exécutive. Candidat à la présidence de la République contre Louis-Napoléon et Cavaignac, il n’obtint que 370,000 voix. Ledru-Rollin fut réélu à l’Assemblée législative. Chef de l’émeute du Conservatoire (13 juin 1849), il passa en Angleterre et fut condamné par contumace à la déportation. En 1870, il fut élu député à l’Assemblée nationale par trois départements, mais donna bientôt sa démission et se retira de la politique.

P. 424. Dupont (de l’Eure). — Dupont (de l’Eure) (1767-1855) était un ancien avocat au Parlement de Normandie. Il fut membre du Conseil des Cinq-Cents, président à la Cour impériale de Rouen, député en 1814 et pendant les Cent-Jours. Réélu constamment de 1817 à 1848, il fut un des chefs du parti libéral sous la Restauration, garde des sceaux après la Révolution de Juillet jusqu’au 27 décembre 1830, député de l’opposition sous Louis-Philippe, président du Gouvernement provisoire en 1848, député à l’Assemblée constituante ; il ne fut pas réélu en 1849.

P. 424. Albert. — Albert avait été successivement ouvrier mécanicien, puis employé chez un fabricant de boutons. En 1840 il avait fondé le journal l’Atelier. En 1848 il prit part à la Révolution de Février et fut nommé membre du Gouvernement provisoire, surtout à titre de représentant des ouvriers. Albert fut vice-président de la Commission du Luxembourg et député de la Seine à l’Assemblée constituante. À la suite de la journée du 15 mai, il fut déporté à Belle-Isle.

P. 424. Blanqui. — Blanqui avait été enfermé au Mont-Saint-Michel après l’affaire du 12 mai 1839. Mis en liberté après la Révolution de Février, il vint à Paris et fonda le club de la Société républicaine centrale. Il prit une part prépondérante à la journée du 15 mai 1848, puis fut emprisonné à Belle-Isle.

P. 424. Le sac des châteaux de Neuilly et de Suresnes. — Le château de Neuilly, résidence de prédilection de Louis-Philippe, fut mis à sac le 25 février 1848.

Le château de Rothschild, à Suresnes, subit le même sort au milieu des cris de : « à l’accapareur ! »

P. 424. Les troubles de Lyon. — À Lyon, les ouvriers avaient dévasté les manufactures et détruit les machines.

P. 424. La circulaire de Ledru-Rollin. — Avant les élections à l’Assemblée constituante, Ledru-Rollin, ministre de l’Intérieur, envoya une circulaire aux commissaires du Gouvernement provi-