Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/656

Cette page a été validée par deux contributeurs.


don François d’Assises, et l’autre, Louisa-Fernanda, au duc de Montpensier, fils de Louis-Philippe. L’Angleterre souhaitait vivement voir la reine Isabelle accorder sa main au prince Léopold de Saxe-Cobourg, cousin de la reine Victoria. Lord Palmerston, chef du Cabinet anglais, mit tout en œuvre pour aboutir à ce résultat. Il fut victorieusement battu en brèche, grâce au tact de l’ambassadeur de France à Madrid, M. Bresson, et, il faut bien le reconnaître, grâce à la fermeté de Louis-Philippe. Le 25 septembre 1846, Palmerston s’adressait directement à Guizot et lui envoyait une protestation formelle en invoquant le traité d’Utrecht. Le 10 octobre suivant était célébré, à Madrid, le double mariage d’Isabelle avec don François d’Assises, et de Louisa-Fernanda avec le duc de Montpensier.

P. 198. Les dilapidations de Rochefort. — Allusion à un scandale de l’époque. Un contrôleur, nommé Sanson, dénonça des malversations qui auraient été commises dans les ateliers et les magasins de Rochefort. Le ministre de la marine et le préfet maritime ne donnèrent aucune suite à la plainte de Sanson. Ce dernier s’adressa alors aux tribunaux. Il fit traduire en justice trente-six employés et en fit condamner cinq (13 janvier 1847). Le chef des subsistances de Rochefort s’était suicidé pour échapper aux poursuites. L’opposition reprocha au Gouvernement sa mollesse dans cette affaire.

P. 198. Le nouveau chapitre de Saint-Denis. — Un projet de réorganisation du chapitre de Saint-Denis avait été adopté par la Chambre des pairs au début de 1847. En 1848 il n’avait pas encore été présenté à la Chambre des députés.

P. 200. Barbès. — Armand Barbès (1809-1870). Proudhon le surnomma le Bayard de la démocratie. Né à la Guadeloupe, il fit ses études à Sorrèze, dans le même collège que Berryer. Étudiant en droit à Paris, il devint un ardent républicain. Affilié à la Société des Droits de l’Homme, il fut emprisonné après l’insurrection d’avril 1834, puis après l’attentat de Fieschi (1835). Quelques mois après il était condamné à un an d’emprisonnement pour fabrication clandestine de poudre. Le 12 mai 1829, Barbès joua un rôle prépondérant dans l’émeute de la Société des Saisons. Condamné à mort, puis gracié, il resta en prison jusqu’à la Révolution de février.

P. 200. Moi, ce que je reproche à Louis-Philippe, c’est d’abandonner les Polonais. — Une grande partie de l’opinion française reprochait à Louis-Philippe de n’être pas intervenu en faveur des Polonais en 1830.

À la nouvelle de la prise de Varsovie, une véritable émeute