Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/534

Cette page a été validée par deux contributeurs.


vent se plaindre ; car, si l’on excepte un million soustrait à la liste civile, et que vous leur avez octroyé avec la plus basse flagornerie, vous n’avez rien fait pour eux que des phrases ! Le livret demeure aux mains du patron, et le salarié (même devant la justice) reste l’inférieur de son maître puisque sa parole n’est pas crue. Enfin, la République me paraît vieille. Qui sait ? Le Progrès, peut-être, n’est réalisable que par une aristocratie ou par un homme ? L’initiative vient toujours d’en haut ! Le peuple est mineur, quoi qu’on prétende !

— C’est peut-être vrai, dit Deslauriers.

Selon Frédéric, la grande masse des citoyens n’aspirait qu’au repos (il avait profité à l’hôtel Dambreuse), et toutes les chances étaient pour les conservateurs. Ce parti-là, cependant, manquait d’hommes neufs.

— Si tu te présentais, je suis sûr…

Il n’acheva pas. Deslauriers comprit, se passa les deux mains sur le front ; puis, tout à coup :

— Mais toi ? Rien ne t’empêche ? Pourquoi ne serais-tu pas député ?

Par suite d’une double élection, il y avait, dans l’Aube, une candidature vacante. M. Dambreuse, réélu à la Législative, appartenait à un autre arrondissement.

— Veux-tu que je m’en occupe ?

Il connaissait beaucoup de cabaretiers, d’instituteurs, de médecins, de clercs d’étude et leurs patrons.

— D’ailleurs, on fait accroire aux paysans tout ce qu’on veut !

Frédéric sentait se rallumer son ambition.