Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/509

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Après ça, moi, je n’ai pas ce qui vous pousse, dame !

Puis elle s’attendrissait.

— Pauvre cœur ! Il n’y a encore que ta Catau, vois-tu !

Des scrupules, de temps en temps, la reprenaient.

— Ah ! vous me faites faire quelque chose de joli ! Si votre père se réveillait ! Seigneur Dieu ! Pourvu qu’un malheur n’arrive pas !

Devant le théâtre des Variétés, une patrouille de gardes nationaux les arrêta. Louise dit tout de suite qu’elle allait avec sa bonne dans la rue Rumfort chercher un médecin. On les laissa passer.

Au coin de la Madeleine, elles rencontrèrent une seconde patrouille, et, Louise ayant donné la même explication, un des citoyens reprit :

— Est-ce pour une maladie de neuf mois, ma petite chatte ?

— Gougibaud ! s’écria le capitaine, pas de polissonneries dans les rangs ! — Mesdames, circulez !

Malgré l’injonction, les traits d’esprit continuèrent :

— Bien du plaisir !

— Mes respects au docteur !

— Prenez garde au loup !

— Ils aiment à rire, remarqua tout haut Catherine. C’est jeune !

Enfin, elles arrivèrent chez Frédéric. Louise tira la sonnette avec vigueur, plusieurs fois. La porte s’entrebâilla et le concierge répondit à sa demande :

— Non !