Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/444

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— On tire de nous des contributions pour solder le libertinage ! Ainsi, les forts appointements d’acteur…

— À moi ! s’écria Delmar.

Il bondit à la tribune, écarta tout le monde, prit sa pose ; et, déclarant qu’il méprisait d’aussi plates accusations, s’étendit sur la mission civilisatrice du comédien. Puisque le théâtre était le foyer de l’instruction nationale, il votait pour la réforme du théâtre ; et, d’abord, plus de directions, plus de privilèges !

— Oui ! d’aucune sorte !

Le jeu de l’acteur échauffait la multitude, et des motions subversives se croisaient.

— Plus d’académies ! plus d’Institut

— Plus de missions !

— Plus de baccalauréat !

— À bas les grades universitaires !

— Conservons-les, dit Sénécal, mais qu’ils soient conférés par le suffrage universel, par le Peuple, seul vrai juge !

Le plus utile, d’ailleurs, n’était pas cela. Il fallait d’abord passer le niveau sur la tête des riches ! Et il les représenta se gorgeant de crimes sous leurs plafonds dorés, tandis que les pauvres, se tordant de faim dans leurs galetas, cultivaient toutes les vertus. Les applaudissements devinrent si forts, qu’il s’interrompit. Pendant quelques minutes, il resta les paupières closes, la tête renversée et comme se berçant sur cette colère qu’il soulevait.

Puis, il se remit à parler d’une façon dogmatique, en phrases impérieuses comme des lois. L’État devait s’emparer de la Banque et des Assu-