Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/442

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui ! je vais loin ! Mais, quand un vaisseau est surpris par la tempête…

Sans attendre la fin de la comparaison, un autre lui répondit :

— D’accord ! mais c’est démolir d’un seul coup, comme un maçon sans discernement…

— Vous insultez les maçons ! hurla un citoyen couvert de plâtre.

Et, s’obstinant à croire qu’on l’avait provoqué, il vomit des injures, voulait se battre, se cramponnait à son banc. Trois hommes ne furent pas de trop pour le mettre dehors.

Cependant, l’ouvrier se tenait toujours à la tribune. Les deux secrétaires l’avertirent d’en descendre. Il protesta contre le passe-droit qu’on lui faisait.

— Vous ne m’empêcherez pas de crier : amour éternel à notre chère France ! amour éternel aussi à la République !

— Citoyens ! dit alors Compain, citoyens !

Et, à force de répéter : « Citoyens », ayant obtenu un peu de silence, il appuya sur la tribune ses deux mains rouges, pareilles à des moignons, se porta le corps en avant, et, clignant des yeux :

— Je crois qu’il faudrait donner une plus large extension à la tête de veau.

Tous se taisaient, croyant avoir mal entendu.

— Oui ! la tête de veau !

Trois cents rires éclatèrent d’un seul coup. Le plafond trembla. Devant toutes ces faces bouleversées par la joie, Compain se reculait, il reprit d’un ton furieux :

— Comment ! vous ne connaissez pas la tête de veau ?