Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/344

Cette page a été validée par deux contributeurs.


le seul moyen possible était de confier, « comme le voulaient, du reste, les saint-simoniens (mon Dieu, ils avaient du bon ! soyons justes envers tout le monde), de confier, dis-je, la cause du Progrès à ceux qui peuvent accroître la fortune publique ». Insensiblement on aborda les grandes exploitations industrielles, les chemins de fer, la houille. Et M. Dambreuse, s’adressant à Frédéric, lui dit tout bas :

— Vous n’êtes pas venu pour notre affaire.

Frédéric allégua une maladie ; mais, sentant que l’excuse était trop bête :

— D’ailleurs, j’ai eu besoin de mes fonds.

— Pour acheter une voiture ? reprit Mme Dambreuse, qui passait près de lui, une tasse de thé à la main, et elle le considéra pendant une minute, la tête un peu tournée sur son épaule.

Elle le croyait l’amant de Rosanette ; l’allusion était claire. Il sembla même à Frédéric que toutes les dames le regardaient de loin, en chuchotant. Pour mieux voir ce qu’elles pensaient, il se rapprocha d’elles, encore une fois.

De l’autre côté de la table, Martinon, auprès de Mlle Cécile, feuilletait un album. C’étaient des lithographies représentant des costumes espagnols. Il lisait tout haut les légendes : « Femme de Séville, — Jardinier de Valence, — Picador andalou » ; et, descendant une fois jusqu’au bas de la page, il continua d’une haleine :

— Jacques Arnoux, éditeur… Un de tes amis, hein ?

— C’est vrai, dit Frédéric, blessé par son air.

Mme Dambreuse reprit :

— En effet, vous êtes venu, un matin… pour…