Ouvrir le menu principal

Page:Flaubert - L’Éducation sentimentale éd. Conard.djvu/306

Cette page a été validée par deux contributeurs.


pagne ; et, afin de rompre la conversation, il s’informa du Collège de France, d’où l’on venait d’exclure Edgar Quinet47 et Mickiewicz48. Mais Hussonnet, admirateur de M. De Maistre, se déclara pour l’Autorité et le Spiritualisme. Il doutait, cependant, des faits les mieux prouvés, niait l’histoire, et contestait les choses les plus positives, jusqu’à s’écrier au mot géométrie : « Quelle blague que la géométrie ! » Le tout entremêlé d’imitations d’acteurs. Sainville était particulièrement son modèle.

Ces calembredaines assommaient Frédéric. Dans un mouvement d’impatience, il attrapa, avec sa botte, un des bichons sous la table.

Tous deux se mirent à aboyer d’une façon odieuse.

— Vous devriez les faire reconduire ! dit-il brusquement.

Rosanette n’avait confiance en personne.

Alors, il se tourna vers le bohème.

— Voyons, Hussonnet, dévouez-vous !

— Oh ! oui, mon petit ! Ce serait bien aimable !

Hussonnet s’en alla, sans se faire prier.

De quelle manière payait-on sa complaisance ? Frédéric n’y pensa pas. Il commençait même à se réjouir du tête-à-tête, lorsqu’un garçon entra.

— Madame, quelqu’un vous demande.

— Comment ! encore ?

— Il faut pourtant que je voie ! dit Rosanette.

Il en avait soif, besoin. Cette disparition lui semblait une forfaiture, presque une grossièreté. Que voulait-elle donc ? n’était-ce pas assez d’avoir outragé Mme Arnoux ? Tant pis pour celle-là, du