Page:Fiel - Le roman de Colette, 1945.djvu/21

Cette page a été validée par deux contributeurs.
— 19 —

l’élevage, de vivre comme une fermière et d’aller vendre son beurre et ses œufs au marché. Elle est très pratique, et nous l’appelons Perrette, mais nous souhaitons qu’elle ne renverse pas son pot de lait.

— Je suis toute surprise de ce que vous me dites… mon fils me parlait d’elle comme d’une jeune fille élégante, et n’ayant pas l’air d’aimer les travaux grossiers…

Marcelle ne répondit pas. Elle semblait assommée par ce qu’elle venait de dire. Elle regardait autour d’elle, comme si elle s’éveillait d’un cauchemar.

Elle se demandait si c’était bien elle qui venait de prononcer des paroles si extraordinaires…

Maintenant, elle n’avait plus la force de continuer son rôle. Elle étouffait. Il lui fallait de l’air pour y secouer ces méchancetés qu’elle venait de jeter. Elle avait cru se soulager en se vengeant, et, devant ses yeux, flottait une brume plus sombre que jamais.

Elle se prépara à s’en aller. Comme Mme Balliat se récriait, elle expliqua sa hâte soudaine, devant retrouver sa tante à une heure convenue et il était grand temps.

Quand elle atteignit la rue et le soleil, elle respira secouant son oppression. Pendant quelques instants, elle en fut distraite, mais ne put s’en détacher. Elle enviait les passants qui paraissaient heureux avec une âme légère, alors qu’un fardeau pesait sur elle.

Mme Balliat ne resta pas seule longtemps. Son fils rentra, montrant un visage illuminé par le bonheur.

— Ah ! maman…

— Mon cher enfant ! qu’y a-t-il ? tu parais bien joyeux… plein d’entrain…

— Je suis plus que joyeux… et mon bonheur est impossible à traduire ! je suis presque fiancé…

— Ah ! mon Dieu !

Une inquiétude courut sur le visage de îa mère.

— Je… je croyais que tu aimais cette Colette ?

— Mais oui, maman, et c’est d’elle dont il s’agit, mon cœur ne change pas si vite… Je t’avoue que je ne croyais guère la rencontrer aujourd’hui, mais le Ciel m’a aidé… Je me suis trouvé à la sortie du goûter auquel la famille est allée… La réunion avait lieu à Lutétia… Je passais justement devant quand les invités sortaient au nombre desquels j’ai reconnu les Piguel… Je me suis joint au groupe et nous avons fait une promenade… La chère petite Colette a été si délicieuse que je n’ai pas pu m’empêcher de lui faire entendre des paroles significatives. Elles ont été bien accueillies…