Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/212

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Mais, Mme Fodeur ne parut pas entendre ces excuses. Elle s’affaissa presque sur un fauteuil, gardant des traits convulsés et un regard perdu.

Elle s’écria :

— Je vais souffrir encore ! J’ai vu mes fils en rêve… Ils me contemplaient tristement… Qu’est-ce qui me menace ? Le bonheur de Bertranne ne me paraît plus sûr.

Elle s’arrêta un moment. Puis, ses épaules voûtées se redressèrent et, d’une voix sourde, elle scanda des phrases. Elle semblait dans un état de somnambulisme.

— Je pressens que vous allez jouer un rôle dans ces événements… Tout me le fait augurer… Le foyer de Bertranne se désagrège… Robert est