Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Soyez juste, dit Christiane, je désire que la situation reste nette entre nous, et pour cela vous devez vous conformer à une politesse stricte… Je compte sur votre loyauté pour ne pas déroger à ces conventions. Je vous dis au revoir. J’ai des obligations et je suis pressée par le temps.

Sans un serrement de main, elle disparut.

Quand il ne la vit plus devant lui, la réalité sembla le reprendre. Depuis quelques minutes sa vie véritable était suspendue en lui.

Était-il vrai qu’une femme, sa femme, l’attendait à son foyer ?

Par quelle aberration avait-il consenti à une pareille transposition