Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/168

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tent là… Je pourrai toujours les retrouver. Ils ont pour eux la stabilité, tandis que l’amour…

Elle rit gaîment et poursuivit :

— Mais, pour le moment, je suis une enfant pleine d’enthousiasme. Je suis ici heureuse d’être près de toi, et je voudrais être près de lui.

— Tu t’exaltes !

— Que tu es froide !… Tout ce que je te dis ne t’engage pas à m’imiter ? Es-tu donc devenue la compagne absolue des pauvres ? Il me semble voir le visage concentré de mère, avec son regard détaché, bien que mes fiançailles l’aient réveillée. Mais si je comprends le sentiment de ma pauvre maman, je ne puis admettre le tien… Et cet homme que tu aimais et pour lequel tu t’es enlaidie, l’as-tu perdu de vue ?

— Oui, laissa tomber laconiquement Christiane, en voyant que son amie attendait une réponse.

— Qu’est-il devenu ? Je raconterai cette histoire à Robert, quand nous serons mariés… Je ne veux pas trop le distraire de moi en ce moment, et cet épisode le suffoquerait. C’est un homme si simple… Tu es plus belle que jamais…

— Grâce à toi !

— Peuh !… tu as une peau solide, et je voudrais que ton amoureux te revît. Il n’est pas à Paris ?

— Non…, murmura Christiane au supplice.

— Je te torture, je le vois, et je me tais. Après tout tu as tes raisons pour agir comme tu le fais. Ce que je demande, c’est que tu sois heureuse. On a une propension à se fi-