Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/156

Cette page a été validée par deux contributeurs.


— Oui, ce serait absurde… En général il ne faut pas s’attarder sur les choses tristes… Moi, maintenant, je ne vois plus que des rayons, même dans mes livres d’étude. Tous les mots se convertissent en Robert et dansent devant mes yeux… Je suis comme une enfant… Je nais. Et plus j’aime, moins je comprends ta froideur. Ce qui me plaît aussi, c’est que ce monsieur que je croyais si loin de moi condescend à me trouver jolie… Aussi, quand je vais par hasard dans les rues à ses côtés, je n’existe plus que dans son cœur.

— Vous vous voyez souvent ? questionna Christiane d’une voix sourde.

— Presque tous les jours depuis une quinzaine, et cela est arrivé