Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/140

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vous aimait… murmura Mme Lavique perplexe.

— Ah ! voilà, l’énigme ! riposta Robert en marchant de long en large. Je ne sais rien. Je suis arrivé chez elle, ce matin, avec hâte de la revoir, et froidement, avec un regard d’hallucinée, elle m’a déclaré qu’elle ne voulait plus se marier.

Il y eut un silence, mais Robert Bartale le rompit rapidement en racontant la scène par le détail.

À mesure qu’il avançait dans son récit, l’obscurité y grandissait pour les vieux époux.

Ils se contemplaient indécis, un peu gênés de savoir Christiane si fantasque.

Quand Robert avoua le mouvement peu chevaleresque qu’il avait eu en assimilant la jeune fille à sa mère, M. Lavique murmura :

— Oh ! oh ! c’est fâcheux.

— Oui, j’ai été insolent au possible, mais je ne savais plus que faire ! Je cherchais des armes pour amener une autre décision.

— Et que disait Christiane ?

— Elle était pitoyable à voir, balbutia Robert.

— Vous avez été trop loin… elle est impeccable cette petite… et elle a tant souffert dans sa nature scrupuleuse justement à cause de Mme Gendel.

— J’en étals venu à envisager toutes les éventualités pour briser sa volonté… Un moment, j’ai même pensé à l’enlever pour la compromettre !

— Mon Dieu ! s’exclama Mme Lavique.