Page:Fiel - Le Sacrifice et l'Amour, paru dans l'Écho de Paris du 3 février au 7 mars 1934.djvu/115

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


s’animer sous la pensée du bien à tenter.

Mme Fodeur ne vivait plus que par les yeux. Son masque rigide semblait de pierre. Ses doigts, cependant, étaient agités d’un tremblement imperceptible qui trahissait son émotion.

Le conférencier se tut et un soupir sortit des poitrines oppressées. Une bienveillance sans limites parait tous les fronts et ce ne fut plus que paroles suaves et gestes doux.

La veuve reconduisit Christiane chez elle pour parler de ce qu’on venait d’entendre

À dire exactement, la jeune fille avait été distraite, parce que son amour s’était interposé entre cette instruction et son entendement. Le mot « dévouement » lui était bien parvenu, mais comme, aujourd’hui, elle ramenait tout à Robert, il lui paraissait facile de se dévouer pour lui.

Sa compagne s’apercevait que sa voix n’inspirait pas d’écho. L’empire qu’elle possédait sur Christiane s’évanouissait au contact d’une influence qu’elle ne découvrait pas encore.

Elle résolut de ne pas quitter sa jeune amie avant de savoir ce qui se passait. Mais Christiane n’attendit pas cette manœuvre diplomatique. Elle ne pensa pas non plus à la volonté qu’elle avait exprimée quelque temps auparavant. L’amour l’emportait et projetait le reste dans l’ombre et dans l’oubli.