Page:Feron - Le manchot de Frontenac, 1926.djvu/77

Cette page a été validée par deux contributeurs.
75
LE MANCHOT DE FRONTENAC

Cassoulet n’avait pas été trouvé, elle avait été ranimée par un fol espoir. De suite elle avait adressé au ciel une prière de gratitude. Mais elle était terriblement émue en pensant que son père s’était réfugié dans le clocher. Le malheureux, il était perdu !

Et comme le peuple, anxieuse et angoissée, elle regardait le clocher qui s’éclairait peu à peu à l’approche des hommes armés de torches qui y montaient par l’intérieur.

Puis le clocher s’éclaira tout à fait. Des ombres s’agitèrent. Des cris en descendirent, des hurlements, des rugissements… Il sembla qu’il y avait bataille là-haut.

On comprit que Maître Turcot avait été découvert. Tout le peuple cria d’une seule voix :

— Pendez-le ! Pendez-le !

Un hurlement d’épouvante partit du clocher, et l’on reconnut la voix du suisse.

— Pendez-le au clocher ! rugit une voix dans la foule.

— Il a tué Baralier ! clama une autre voix.

— Et sa femme et son fils !

— Il a assassiné Cassoulet !

Un tonnerre de cris furieux roula dans la nuit.

Puis on crut voir que des hommes là-haut s’apprêtaient à pendre un autre homme à l’aide de la corde qui servait à mettre la cloche en branle.

— Arrêtez ! arrêtez ! cria l’évêque.

— Pendez ! Pendez ! hurla la foule.

— Non ! Non ! riposta l’évêque. Ô mon Dieu !  ! empêchez ce crime et cet autre sacrilège !

— Soldat au clocher ! commanda Frontenac, et empêchez ce crime !

Une voix de femme poussa un cri déchirant :

— Pour j’amour de Dieu ! arrêtez-les…

C’était Hermine… Hermine folle d’épouvante, les mains crispées, les yeux désorbités et levés vers le clocher.

Il était trop tard, hélas !

Une ombre humaine glissait au bout d’une corde, le long du clocher, le long des murs du temple…

Un cri d’horreur jaillit de toutes parts !… Puis des applaudissements frénétiques éclatèrent…

— Ô ciel ! ce n’est pas possible…

Et Hermine, en poussant cette exclamation, tomba évanouie dans les bras de la mère Benoît.

— Emmenez-la ! emmenez-la chez vous ! suggérèrent des femmes atterrées.

La mère Benoit souleva la jeune fille dans ses bras robustes et l’emporta en courant.

Maintenant, un homme recouvert d’un manteau rouge pendait au-dessus de la porte de la cathédrale et gigotait terriblement. On l’entendait râler, on entendait ses dents grincer, on entendait ses membres craquer… Oui, c’était bien Maître Turcot, on le reconnaissait, et non seulement à son manteau rouge, mais aussi à ses souliers d’argent qui talonnaient la muraille du temple.

Le peuple demeurait maintenant silencieux et immobile, comme s’il eût voulu respecter l’agonie de cet homme qui venait de payer la dette de ses forfaits. L’évêque et le gouverneur demeuraient pétrifiés.

Mais voilà que tout à coup le pendu se mit à glisser doucement, puis tout à coup encore, comme si la corde venait d’être tranchée par une lame invisible, le corps du suisse tomba… il s’écrasa lourdement sur le perron de pierre.

Une superstitieuse terreur s’empara de la foule qui s’écarta.

Mais déjà l’évêque se précipitait et ordonnait à des soldats tout près de là :

— Enlevez-lui ses vêtements !

On obéit à l’ordre. Maître Turcot demeurait inerte, mais vivant, car il respirait encore avec efforts.

On arracha le manteau, les bas violets et les souliers d’argent que l’évêque fit jeter dans le temple avec le chapeau galonné d’or. Puis on se pencha sur Maître Turcot. On constata avec surprise qu’il portait plastron et cotte de mailles. Mais la surprise fut plus grande lorsqu’on découvrit à son cou un collier d’acier.

Un collier d’acier ? Pourquoi ?

On se le demandait.

Ah ! c’était peut-être parce que Maître Turcot avait redouté pour sa gorge la main de fer de Cassoulet ? Oui, de même qu’il avait endossé plastron et cotte de mailles pour protéger sa poitrine contre la rapière de Cassoulet !

Mais le mystère n’était pas encore tout à fait éclairci. On attendait que le suisse pût être interrogé et qu’il pût répondre aux questions.

Soudain, à la stupeur et à l’effroi générals, Maître Turcot se dressa debout, sa