Page:Feron - Le manchot de Frontenac, 1926.djvu/28

Cette page a été validée par deux contributeurs.

tocsin !… Dans la bicoque Maître Turcot continuait de hurler en se roulant sur le plancher, en bavant, avec Cassoulet accroché à sa gorge par la terrible main de fer. Ceux qui réussirent à approcher de la porte et à regarder à l’intérieur, reculèrent saisis d’épouvante. Jamais plus effrayant tableau ne s’était dessiné à leurs yeux !

Maître Turcot était devenu d’une face bleue, avec des yeux si agrandis qu’ils sortaient de leurs orbites. Et il hurlait de plus belle… il hurlait plus fort qu’un taureau qu’on assomme.

Cassoulet, ayant aperçu dans la porte des figures penchées et effarées, cria :

— Un forgeron !

La foule, de plus en plus tassée dans l’impasse et exaltée par les hurlements du suisse, hurla à son tour :

— Un forgeron !

Avec désespoir Cassoulet cria encore :

— Un serrurier !

Et il lui fallait toute sa force pour ne pas rouler sous la charpente colossale du suisse et pour maintenir celui-ci sur le dos.

— Un serrurier !… clama la foule chavirée par la folie de l’épouvante. Elle criait sans savoir ! Elle appelait un forgeron, parce que Cassoulet avait crié un forgeron ! Elle appelait un serrurier, parce que Cassoulet avait dit un serrurier ! Pourquoi un forgeron et un serrurier ? Elle n’en savait rien et elle ne s’en étonnait même pas, trop stupéfiée ou horrifiée qu’elle était.

Enfin, des gens crièrent à Cassoulet :

— Lâchez-le !… lâchez-le !…

Oui, mais Cassoulet ne pouvait pas lâcher. Et les doigts d’acier pénétraient toujours plus avant dans la gorge de Maître Turcot, et le sang giclait autour des doigts !

La maréchaussée parut, mais il lui fallut du temps pour percer la foule compacte de l’impasse et pour arriver à la porte de la bicoque.

À la vue de la scène qui se passait à l’intérieur, elle ne fut pas moins épouvantée que la masse du peuple.

— Ah ! ça, s’écria avec stupeur, le major Prévost, c’est Cassoulet !…

— Un forgeron !… un serrurier !… vociféra Cassoulet.

Prévost et ses gardes demeurèrent sur le moment ahuris.

— Un forgeron !… clama encore Cassoulet.

Dans l’impasse la foule rugit :

— Qu’il lâche !… qu’il lâche !…

La scène devenait plus que horrible ! On tremblait, on se statufiait, on regardait cette tragédie inouïe sans tenter de faire quoi que ce fût pour secourir le malheureux colosse qui ne cessait de hurler, de râler, de hoqueter, et dont le visage était devenu noir comme de l’encre.

Survint un forgeron armé de ses marteaux et de ses tenailles.

— C’est, dit Cassoulet, mon bras qui ne fonctionne plus… le mécanisme !

Le mécanisme !…

L’horreur parut grandir dans la masse du peuple… on commençait à comprendre.

Le forgeron coupa la manche du manteau de Cassoulet, la manche de la redingote, la manche de la veste, la manche de la chemise avant de mettre à nu le bras gauche du lieutenant des gardes. Alors il vit le bras d’ivoire et la main de fer. Il ne voyait pas les doigts d’acier qui disparaissaient dans la gorge de Maître Turcot.

— Voyez, ça ne fonctionne plus ! dit Cassoulet aussi horrifié que le suisse, que la foule elle-même.

Le forgeron se mit à travailler avec ses tenailles, avec ses marteaux… Un silence se fit de toutes parts, les respirations demeurèrent en suspens. Maître Turcot lui-même suspendit ses hurlements. Enfin, le forgeron réussit à séparer le bras artificiel du reste du bras naturel, et il releva Cassoulet.

Alors, Maître Turcot bondit, jeta un nouveau hurlement, et avec la main de fer et le bras d’ivoire attachés à sa gorge il se rua contre les gardes, fonça sur la foule, se jeta dans l’impasse. La bousculade fut effroyable. Puis Maître Turcot gagna la Place de la Cathédrale, se fit jour par une trouée formidable dans la foule pressée sur la place, enfila une ruelle, s’engouffra par la rue Saint-Louis et s’arrêta, haletant, hoquetant, râlant connue un porc sous saignée, devant la porte d’un chirurgien. Comme un fou il fit jouer le heurtoir. À la vue de cet homme avec sa main de fer accrochée à sa gorge qui saignait, le chirurgien faillit tomber à la renverse.

Par toute la ville une effroyable clameur se répandait. La rue Saint-Louis s’emplissait d’une foule en délire, hurlante… On eût dit un ouragan gigantesque qui allait tout broyer sur son passage. Les clameurs, les cris, les vociférations étaient si retentis-