Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/93

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
71
ADI-PARVA.

et le Rakshasa de pousser deux fois un hurlement, qui résonna d’une manière épouvantable. 6292-6293.

Ensuite, monarque des hommes, écrasé sous Bhîma, l’horrible Démon vomit le sang par la bouche. 6294.

Après qu’il eut exhalé son dernier souffle dans cet effroyable cri, Vaka, le corps et les flancs brisés, resta immobile comme le mont Himâlaya. 6295.

Épouvanté à ce hurlement du Rakshasa, son peuple, maîtres et suivants, de se précipiter hors de leurs habitations. 6296.

Le vigoureux Bhîma de rassurer ces Démons effrayés, la tête perdue, et de leur imposer cette loi : 6297.

il Gardez-vous de faire jamais du mai aux hommes, car tout malfaiteur serait bientôt frappé de mort, comme celui-ci ! » 6298..

« Qu’il en soit ainsi ! » répondent à ces paroles entendues, les Démons, acceptant cette loi ; 6299.

Et dans cette ville, rejeton de Bharata, les Rakshasas désormais se montrèrent inoffensifs aux hommes, qui habitaient au sein de cette cité. 6300.

Ensuite, ayant pris le corps de l’anthropophage expiré, Bhîma le jeta sur le seuil de sa porte et s’en revint, n’ayant pas été vu par aucun des citadins. 6301.

Quand ils virent ce Vaka, que son effroyable vigueur avait rempli d’orgueil, les parents du monstre s’enfuirent [1] çà et là, égarés par la crainte. 6302.

Le Rakshasa mort, Bhîma revint à l’habitation du brahme et raconta, sans rien omettre, toutes les circons-

  1. Tous les Dictionnaires et même Westergaard donnent au verbe pratigantum la signification de redire : il est évident ici que le composé a quelquefois le même sens que le mot simple.