Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/90

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
68
LE MAHA-BHARATA.

» Le kshatrya, auquel il est arrivé un jour de porter secours au brahme dans ses besoins, obtient les mondes purs : tel est mon sentiment. 6262.

» Le kshatrya, qui sauve la vie d’un kshatrya, acquiert une vaste gloire sur la terre et dans l’autre monde. 6263,

» Le kshatrya, qui prête assistance au vaîçya dans la nécessité, se concilie infailliblement l’affection des créatures dans tous les mondes. 6264.

» Sauve-t-il un çoûdra, qui vient demander sa protection, le kshatrya obtient de renaître ici-bas dans une famille convenable, excellente, honorée du roi. 6265.

» C’est ainsi que jadis m’a parlé ce vénérable Vyâsa à la science inaccessible : c’est là ce qui m’a donné l’envie de faire ce que j’ai fait. » 6266.

« La chose, que tu fais par compassion pour ce brahme tombé dans le malheur, elle te sied, mère, lui répondit Youddhishthira, cette chose, que précéda la réflexion.

» Bhîma, j’en suis certain, reviendra, victorieux de l’anthropophage, grâce à la pitié, que tu ressens de toute façon pour ce deux fois né. 6267-6268.

» Mais il faut parler au brahme et t’efforcer de lui fermer la bouche, afin que les habitants de la ville ne sachent rien de cette affaire. » 6269.

Ensuite, quand la nuit se fut écoulée, le fils de Pândou s’étant chargé des vivres, Bhîmaséna de s’acheminer vers la demeure du mangeur d’hommes. 6270.

Parvenu au bois du Rakshasa, le vigoureux Pândouide l’appela de son nom : « Vaka ! Vaka ! » pour lui donner sa réfection. 6271.

Irrité à la voix du héros, le Déiqon arriva, plein de colère, aux lieux, où l’attendait Bhîma. 6272.