Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/556

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
534
LE MAHA-BHARATA.

» L’homme expert s’approche des inexpérimentés dans l’intention de les battre avec les dés, dont il a acquis la science ; et cela, Youddhishthira, n’est point appelé de la tricherie. 2044.

» Tel, qui sait les armes, combat avec tel, qui ne les a point apprises ; un plus fort avec un plus faible : il en est ainsi dans toutes choses, Youddhishthira : on s’y engage avec la volonté de vaincre, 2045.

» C’est ainsi que tu es venu me trouver toi-même ici. Penses-tu qu’il y a de la tricherie ? Retire-toi du jeu, si tu as peur ! » 2040.

« Quand on me défie, reprit Youddhishthira, je ne dois pas me retirer : c’est là ma ferme résolution. Le Destin, est fort, sire, et mon sort dépend de sa puissance. 2047.

» Dans cet état des choses, avec quel enjeu tiendrai-je la partie ? Quel autre opposera-t-on au mien ? cela réglé, marche le jeu ! » 2048.

Douryodhana répondit :

« C’est moi, sire, qui donne les pierreries et l’or : Çakouni, mon oncle, tient le jeu pour moi ! » 2049.

« La chance de l’un n’est pas égale, reprit Youddhishthira, à celle de l’autre. Tu le sais ; si tu acceptes l’arrangement, volontiers ! Commençons le jeu ! » 2050.

Le jeu approuvé de cette manière, tous les rois entrèrent dans la salle, Dhritarâshtra marchant à leur tête.

Bhîshma, Drona, Kripa et Vidoura à la grande sagesse le suivaient d’une àme peu satisfaite, rejeton de Bharata. 2051-2052.

Des officiers à l’encolure de lion, à la grande force, leur distribuent individuellement ou deux à deux un grand nombre de trônes admirables à voir. 2058. La splendide réunion de ces rois illuminait alors ce pa-