Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/312

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
290
LE MAHA-BHARATA.

tués par la chûte de cette grande cîme, qui semblait toute la montagne elle-même s’écroulant sur la forêt. 8284.

Aussitôt troublés, épouvantés par la chûte de cette alpe, s’enfuirent de tous côtés les hôtes du Khândava, Dânavas, Rakshasas, Nâgas, hyènes, ours, singes, éléphants en rut, tigres, lions à la flottante crinière, et autres enfants des animaux. 8285-8280.

D’autres immobiles, comme s’ils étaient environnés par le bruit d’un tremblement de terre, regardaient â la fois et la forêt et les deux Krishnas, les armes levées.

Voyant l’incendie du bois, qui, plusieurs fois éteint, recommençait de nouveau, et Krishna, ses armes levées, ils se mirent à pousser des cris éclatants. 8287-8288.

Au bruit de ces clameurs, au bruit épouvantable du feu, le ciel entier mugisssait, comme si des nuages tonnants eussent monté dans l’atmosphère. 8289.

Ensuite Krishna aux longs bras, aux grands cheveux, lança pour leur mort son disque terrible, vaste, enflammé d’une lumière innée. 8290.

Maltraitées par lui, ces races impures, les rôdeurs de nuit et les Dânavas, tombèrent mutilés par centaines tous dans un instant au milieu des flammes. 8291.

Là, déchirés par le disque acéré de Krishna, les Dattyas, inondés de leur moëlle et de leur propre sang, ressemblaient aux nuages, à l’heure du crépuscule. 8292.

Alors, fils de Bharata, le rejeton de Vrishni s’avançait comme la Mort, en immolant par milliers les Vampires, les oiseaux, les reptiles et les quadrupèdes. 8293.

Ce disque lancé et relancé de Krishna, le meurtrier des ennemis, revenait de lui-même à chaque fois dans sa main, après qu’il avait ravi l’existence à beaucoup d’êtres.