Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/190

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE MARIAGE



Vaîçampâyana dit :

À ces mots, le chef des Somakides, Dhrishtadyoumna, le fils du roi, conte d’un air joyeux à son père comment s’étaient passées les choses et qui avait emmené Krishnâ :

« Ce jeune homme aux grands yeux, dit-il, à la prunelle dorée, égal en beauté aux Dieux mêmes et revêtu d’une peau d’antilope noire, celui, qui fixa la corde à l’arc gigantesque et fit tomber le but à terre, 7174-7175.

» Ce jeune homme, environné et honoré des brahmes, comme le Dieu, qui tient la foudre, reçoit au milieu des fils de Diti les hommages de tous les rishis et de tous les Dieux, se retira sans plus attendre et d’un pied agile.

» Telle qu’une éléphante suit un éléphant, Krishnâ suivit joyeuse l’anachorète, qui l’avait conquise, à travers les rois irrités, impatients de cette victoire et tombant tous à la fois sur lui. 7176-7177.