Page:Fauche - Le Mahâbhârata, tome 2.djvu/169

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
147
ADI-PARVA.

» Bhagîratha, Vrihatkshatra, Saîndhéva, Djayatratha etVrihatratha du Balkhan, et le héros Çroutâyoush, 7001.

» Ouloûka, le roi Kaitava, Tchitrângada et Çoubhângada, le sage Vatsarâdja, et le monarque du Roçala, 7002.

» Et le valeureux Çiçoupâla, et Djarâsandha : ceux-là et d’autres nombreux souverains de contrées diverses.

» C’est pour toi, noble demoiselle, que sont venus ces kshatryas, qui sont des princes sur la terre ; c’est pour toi que ces héros vont disputer à qui percera un but très-difficile. Choisis aujourd’hui pour ton époux, radieuse, celui d’entre eux, qui aura touché le but ! » 7003-7004.

Ces rois jeunes, ornés de belles girandoles et richement parés, se portant une mutuelle envie, s’imaginant posséder chacun toute la puissance de l’Astra-Véda, se levèrent d’un mouvement spontané, tenant haut leurs armes,

Brûlant d’un orgueil allumé par la jeunesse, le naturel, la richesse, la naissance, l’héroïsme et la beauté, surexcités par la fougue de la joie, ivres comme, au temps du rut, les plus grands éléphants de l’Himâlaya, 7005-7006.

Se regardant l’un l’autre avec jalousie, le corps tout enveloppé d’amour, ils s’élancèrent tout à coup hors de leurs sièges royaux, en disant : « À moi Krishnâ ! » 7007.

Ces kshatryas, montés sur l’estrade et rassemblés par l’envie de conquérir la fdle de Droupada, resplendissaient tels que les troupes des Dieux réunis sur l’Himâlaya pour la conquête d’Oumâ, fille du roi des monts. 7008.

À peine Draâupadî était-elle descendue dans l’amphithéâtre, le cœur de ces Indras des hommes s’envola vers elle et, le corps tout percé des flèches de l’amour, ceux mêmes, qu’unissait l’amitié, prirent de la haine les uns contre les autres. 7009.