Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Vous prétendez exercer la liberté religieuse. Qu’est-ce à dire ? Que vous voulez pratiquer un culte non réglé par l’Etat, non payé par l’Etat, non asservi à l’Etat. Cela, c’est une association, et une association pour quoi faire ? Pour vous distinguer des autres citoyens ou pour marquer que vous êtes depuis longtemps distinct d’eux. Ne vous suffit-il pas d’être comme moi, pareil à moi, égal à moi ? Rappelez-vous l’article premier de la Déclaration de 1789 : « Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. » Quelle utilité commune voyez-vous à pratiquer un culte particulier, distinct de celui de l’Etat, ou simplement à pratiquer un culte, si l’Etat n’en pratique aucun ? Non, vous voulez bien vous distinguer, établir « une distinction sociale qui n’est pas fondée sur l’utilité commune ». La preuve, c’est que vous instaurez, organisez, payez un clergé, c’est-à-dire quoi ? Un corps de chefs qui ne sont pas des chefs nommés par le gouvernement ou élus par le peuple. Ah ! cette fois vous êtes bien convaincu d’aristie. Quand bien même vous démontreriez que ce n’est pas vous distinguer de moi que de pratiquer un culte que je ne sens nullement le besoin de pratiquer, vous conviendrez bien que c’est créer une distinction, une élite, une aristie et même une aristocratie, que d’inventer des chefs, que d’inventer des magistrats particuliers dans la cité ! L’Empire romain, l’Etat strictement égalitaire,