Ouvrir le menu principal
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XV

LES ENNEMIS DE LA LIBERTÉ

La liberté a des ennemis de plusieurs sortes ; elle en a même d’innombrables ; car elle n’est aimée que de ceux qui n’aiment ni à être opprimés ni à opprimer les autres, et si ceux-là sont très nombreux, ceux-ci sont infiniment rares. La liberté compte donc ses ennemis par légions. Les principaux, à se tenir dans la sphère des idées, sont le Monarchisme, l’Aristocratisme, le Socialisme, l’Egalité, la Souveraineté nationale, le Parlementarisme,


§ I. — LE MONARCHISME

Le monarchisme déteste naturellement la liberté, puisque son principe c’est la domination de tous par un seul, et sa tendance pousser cette domination aussi loin que possible.

Le monarque est un homme que les circonstances ont placé à la tête d’un peuple qu’il gouverne sans contrepoids, sans frein et sans limites. Cet homme, s’il est à tendances mystiques, s’imaginera facilement que, représentant Dieu sur la terre, non seulement il a le droit, mais il a le devoir