Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/269

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


En disant cela, il avait toujours sur la lèvre son sourire d’enfant, et ses grands yeux bleus attachaient sur Grisier leur regard limpide et doux.

Celui-ci baissa la tête.

— Monsieur, répondit Franz d’un ton délibéré, ce duel me plait tel qu’il est… Vous n’avez aucun moyen de l’empêcher, puisque votre honneur est engagé à me garder le secret… Me refuser votre concours, c’est donc purement et simplement m’arracher la dernière chance que j’ai d’échapper au péril.

Grisier demeura un moment pensif.

— Réfléchissez, reprit Franz, si vous ne voulez pas, je ne prendrai point la peine d’aller chercher d’autres leçons… Demain matin, je me rendrai sur le terrain, et au petit bonheur !…

Grisier ne répondait point encore.

Franz se leva.

— Dois-je me retirer ? dit-il.

Grisier regarda autour de lui ; tout le monde avait quitté la salle. Le vestiaire était vide également, il ne s’y trouvait plus que le baron de Rodach, caché derrière les rideaux.

Grisier fit signe à Franz de rester. Il traversa la salle à pas lents et décrocha deux épées nues qui pendaient à côté de l’établi du prévôt.

Franz déposa son fleuret et prit une de ces épées, dont la pointe était recouverte d’un bouton.

L’épée que tenait Grisier était, au contraire, aiguë et affilée.

Franz voulut remettre son gant fourré.

— Point de gant ! lui dit Grisier, et point de masque ! demain, vous n’aurez rien de tout cela, et une pointe d’épée brillera devant votre visage… Vous êtes brave, Monsieur, j’en suis sûr ; mais ces premières menaces du fer étonnent les plus braves… Habituez-vous !

Franz retomba en garde, et la leçon se reprit. Grisier mettait à dessein sa pointe dans les yeux du jeune homme, qui marchait et parait avec une étonnante précision.

La main exercée du professeur se lassait avant celle de l’élève.

Quand on passa des parades aux attaques, la fougue de Franz, à grand’peine contenue, fit irruption tout à coup au dehors. Impossible de le