Page:Féval - Le Fils du diable - Tomes 1-2.djvu/247

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE IX.
BON MÉNAGE.


Le chevalier choisit pour accueillir madame de Laurens, le plus aimable de tous ses saluts.

— Continuez votre partie, dit Petite, — cela ne nous empêchera pas de causer… Bonsoir, docteur !

José Mira s’inclina gravement.

— Eh bien, chevalier, reprit Petite, donnez-moi donc des nouvelles de votre mariage.

Reinhold mit son cornet sur la table et passa ses doigts dans les boucles de son toupet.

— Belle dame, répliqua-t-il, cela va très-bien… très-bien, très-bien !… Mademoiselle d’Audemer n’a pas encore accepté définitivement ma recherche, mais sa mère…

— Fi ! chevalier, s’écria Petite en riant, — un homme comme vous a-t-il besoin de prendre ces chemins battus par la vieille école ?

— Eh ! eh ! eh !… fit Reinhold.

— En êtes-vous à faire le siège de la mère pour arriver à la fille ?…

— Le moyen peut être vieux, belle dame, mais il est sûr.

— Fi ! vous dis-je !… un homme comme vous !