Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/41

Cette page a été validée par deux contributeurs.
31
L’AMI FRITZ.

1780 jusqu’à 1840. La lumière des trois soupiraux, se brisant dans le lattis, faisait étinceler le fond des bouteilles d’une façon agréable et pittoresque.

Kobus entra.

Il avait apporté un panier d’osier à compartiments carrés, une bouteille tenant dans chaque case ; il posa ce panier à terre, et, la chandelle haute, il se mit à passer le long des rayons. La vue de tous ces bons vins, les uns au cachet bleu, les autres à la capsule de plomb, l’attendrit, et au bout d’un instant il s’écria :

« Si les pauvres vieux qui, depuis cinquante ans, ont, avec tant de sagesse et de prévoyance, mis de côté ces bons vins, s’ils revenaient, je suis sûr qu’ils seraient contents de me voir suivre leur exemple, et qu’ils me trouveraient digne de leur avoir succédé dans ce bas monde. Oui, tous seraient contents ! car ces trois rayons-là, c’est moi-même qui les ai remplis, et, j’ose dire, avec discernement : j’ai toujours eu soin de me transporter moi-même dans la vigne, et de traiter avec les vignerons en face de la cuvée. Et, pour les soins de la cave, je ne me suis pas épargné non plus. Aussi, ces vins-là, s’ils sont plus jeunes que les autres, ne sont pas d’une qualité inférieure ; ils