Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.
29
L’AMI FRITZ.

pêtre brillant comme le cristal, la cave des Kobus depuis cent cinquante ans, où le grand-père Nicolas avait fait venir pour la première fois du markobrunner, en 1715, et qui, depuis, grâce à Dieu, s’était augmentée d’année en année, par la sage prévoyance des autres Kobus.

Il l’ouvrit, les yeux écarquillés de plaisir, et se vit en face des deux lucarnes bleues qui donnent sur la place des Acacias. Il passa lentement près des petits fûts cerclés de fer, rangés sur de grosses poutres le long des murs ; et, les contemplant, il se disait :

« Ce gleiszeller est de huit ans, c’est moi-même qui l’ai acheté à la côte ; maintenant il doit avoir assez déposé, il est temps de le mettre en bouteilles. Dans huit jours, je préviendrai le tonnelier Schweyer, et nous commencerons ensemble. Et ce steinberg-là est de onze ans ; il a fait une maladie, il a filé, mais ce doit être passé… nous verrons ça bientôt. Ah ! voici mon forstheimer de l’année dernière, que j’ai collé au blanc d’œuf ; il faudra pourtant que je l’examine ; mais aujourd’hui je ne veux pas me gâter la bouche ; demain, après demain, il sera temps. »

Et, songeant à ces choses, Kobus avançait toujours rêveur et grave.