Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/37

Cette page a été validée par deux contributeurs.



III



Après le départ de Katel, Fritz entra dans la cuisine allumer une chandelle, car il voulait passer l’inspection de sa cave, et choisir quelques vieilles bouteilles de vin, pour célébrer la fête du printemps.

Sa grosse figure exprimait le contentement intérieur ; il revoyait déjà les beaux jours se suivre à la file jusqu’en automne : la fête des asperges, les parties de quilles au Panier-Fleuri, hors de Hunebourg ; les parties de pêche avec Christel, son fermier de Meisenthâl : la descente du Losser en bateau, sous les ombres tremblotantes des grands ormes en demi-voûte de la rive ; Christel, l’épervier sur l’épaule, lui disant : « Halte ! » près de la source aux truites, et tout à coup déployant son filet en rond, comme une immense