Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/360

Cette page a été validée par deux contributeurs.
350
L’AMI FRITZ.

« Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres. Quiconque aime les autres, connaît Dieu. Celui qui ne les aime pas, ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour ! »



FIN






Paris — Imp. Capiomont et Cie, rue des Poitevins, 6.