Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/358

Cette page a été validée par deux contributeurs.
348
L’AMI FRITZ.

Sûzel, en dot, les trois arpents de vigne du Sonneberg, lesquels produisent le meilleur vin du pays. Mettez cela, Müntz. »

Fritz, s’étant redressé tout surpris, car ces trois arpents lui appartenaient, le vieux rebbe levant le doigt, dit en souriant :

« Rappelle-toi, Kobus, rappelle-toi notre discussion sur le mariage, à la fin du dîner, il y a trois mois, dans cette chambre ! »

Alors Fritz se rappela leur pari :

« C’est vrai, dit-il en rougissant, ces trois arpents de vigne sont à David, il me les a gagnés ; mais puisqu’il les donne à Sûzel, je les accepte pour elle. Seulement, ajoutez qu’il s’en réserve la jouissance ; je veux qu’il puisse en boire le vin jusqu’à l’âge avancé de son grand-père Mathusalem, c’est indispensable à mon bonheur. Et mettez aussi, Müntz, que Sûzel apporte en dot la ferme de Meisenthâl, que je lui donne en signe d’amour ; Christel et Orchel la cultiveront pour leurs enfants, cela leur fera plus de plaisir. »

C’est ainsi que fut écrit le contrat de mariage.

Et quant au reste, quant à l’arrivée de Iôsef Almâni, de Bockel et d’Andrès, accourant de quinze lieues, faire de la musique à la noce de leur ami Kobus ; quant au festin, ordonné par la