Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/325

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XVII



Le lendemain Fritz se leva dans une heureuse disposition d’esprit ; il avait rêvé toute la nuit de Sûzel et se proposait d’aller passer six semaines au Meisenthâl, pour la voir à son aise.

« Que Hâan, Schoultz et le vieux David rient tant qu’ils voudront, pensait-il, moi, je vais tranquillement là-bas ; il faut que je voie la petite, et si les choses doivent aller plus loin, eh bien ! à la grâce de Dieu : ce qui doit arriver arrive ! »

En déjeunant, il se représentait d’avance le sentier du Postthâl, la roche des Tourterelles, la côte des Genêts, la ferme ; puis l’étonnement de Christel, la joie de Sûzel, et tout cela le réjouissait. Il aurait voulu chanter comme Salomon : « Te voilà,