Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/32

Cette page a été validée par deux contributeurs.
22
L’AMI FRITZ.

puis il se retira ; et le bohémien, qui n’était autre que Iôsef, étant parti de bonne heure, il ne fut plus question de cette affaire.

Kobus lui-même l’avait oubliée, quand, aux premiers jours du printemps de l’année suivante, étant au lit un beau matin, il entendit à la porte de sa chambre une douce musique : — c’était la pauvre alouette qu’il avait sauvée dans les neiges, et qui venait le remercier au premier rayon de soleil.

Depuis, tous les ans Iôsef revenait à la même époque, tantôt seul, tantôt avec un ou deux de ses camarades, et Fritz le recevait comme un frère.

Donc Kobus revit ce jour-là son vieil ami le bohémien, ainsi que je viens de vous le raconter ; et quand la basse ronflante se tut, quand Iôsef, lançant son dernier coup d’archet, leva les yeux, il lui tendit les bras derrière les rideaux en s’écriant : « Iôsef ! »

Alors le bohémien vint l’embrasser, riant en montrant ses dents blanches et disant :

« Tu vois, je ne t’oublie pas ; la première chanson de l’alouette est pour toi !

— Oui… et c’est pourtant la dixième année ! » s’écria Kobus.