Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/314

Cette page a été validée par deux contributeurs.
304
L’AMI FRITZ.

pourrait donner l’éveil à tout le monde ; c’est pourquoi prenant son parti, tout à coup il s’écria d’un ton assez joyeux :

« Eh bien donc, puisque c’est impossible, n’en parlons plus. Mais au moins vous prendrez un verre de vin avec nous au Mouton-d’Or ?

— Oh ! quant à cela, monsieur Kobus, ce n’est pas de refus. Je m’en vais de suite avec Sûzel embrasser la grand’mère, et, dans un quart d’heure, notre voiture s’arrêtera devant l’auberge.

— Bon, allez ! »

Fritz serra doucement la main de Sûzel, qui paraissait bien triste, et, les regardant traverser la place, il rentra dans la Madame Hütte.

Hâan et Schoultz, après avoir reconduit leurs danseuses, étaient montés sur l’estrade ; il les rejoignit :

« Tu vas charger Andrès de diriger l’orchestre, dit-il à Iôsef, et tu viendras prendre quelques verres de bon vin avec nous. »

Le bohémien ne demandait pas mieux. Andrès s’étant mis au pupitre, ils sortirent tous quatre, bras dessus bras dessous.

À l’auberge du Mouton-d’Or, Fritz fit servir un dessert dans la grande salle alors déserte, et le père Lœrich descendit à la cave, chercher trois