Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/281

Cette page a été validée par deux contributeurs.
271
L’AMI FRITZ.

Plus de cent personnes les regardaient sur les portes et le long des fenêtres, car les voitures de poste ne passent pas d’habitude par la rue des Acacias, elles suivent la grande route ; c’était quelque chose de nouveau, d’en voir une sur la place.

Je vous laisse à penser la satisfaction de Schoultz et de Hâan.

« Ah ! s’écria Schoultz en se tâtant les poches, ma pipe est restée sur la table.

— Nous avons des cigares, » dit Fritz en leur passant des cigares qu’ils allumèrent aussitôt, et qu’ils se mirent à fumer, renversés sur leur siège, les jambes croisées, le nez en l’air et le bras arrondi derrière la tête.

Katel paraissait aussi contente qu’eux.

« Y sommes-nous, monsieur Kobus ? demanda Zimmer.

— Oui, en route, et doucement, dit-il, doucement jusqu’à la porte de Hildebrandt. »

Zimmer, alors, claquant du fouet, tira les rênes, et les chevaux repartirent au petit trot, pendant que le vieux postillon embouchait son cornet et faisait retentir l’air de ses fanfares.

Katel, sur le seuil, les suivit du regard jusqu’au détour de la rue. C’est ainsi qu’ils traver-