Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/257

Cette page a été validée par deux contributeurs.



XV



On peut se figurer si Kobus était content. Des idées de magnificence et de grandeur se débattaient alors dans sa tête ; il voulait voir Sûzel, et se montrer à elle dans une splendeur inaccoutumée ; il voulait en quelque sorte l’éblouir ; il ne trouvait rien d’assez beau pour la frapper d’admiration.

Dans un temps ordinaire, il aurait loué la voiture et la vieille rosse d’un Baptiste Krômer, pour faire le voyage ; mais alors, cela lui parut indigne de Kobus. Immédiatement après le dîner, il prit sa canne derrière la porte et se rendit à la poste aux chevaux, sur la route de Kaiserslautern, chez maître Johann Fânen, lequel avait dix chaises de