Ouvrir le menu principal

Page:Erckmann-Chatrian - L’Ami Fritz.djvu/236

Cette page a été validée par deux contributeurs.
226
L’AMI FRITZ.

nant un regard satisfait sur l’assistance, se rassit en disant :

« Quand on est soldat, il faut tirer le sabre ; ce n’est pas comme les bourgeois qui s’assomment à coups de poings. »

Il avait l’air de dire : « Voilà ce que j’ai fait cent fois ! »

Et plus d’un l’admirait.

Mais d’autres, en grand nombre, gens raisonnables et pacifiques, murmuraient entre eux :

« Est-il possible que des hommes se tuent pour une cuisinière ! C’est tout à fait contre nature. Cette Grédel mériterait d’être chassée de la ville, à cause des passions funestes qu’elle excite entre les hussards. »

Fritz ne disait rien, il semblait méditatif, et ses yeux brillaient d’un éclat singulier. Mais le vieux rebbe, à son tour, s’étant mis à dire : « Voilà comment des êtres créés par Dieu se massacrent pour des choses de rien ! » Tout à coup il s’emporta d’une façon étrange.

« Qu’appelles-tu des choses de rien, David ? s’écria-t-il d’une voix retentissante. L’amour n’a-t-il pas inspiré, dans tous les temps et dans tous les lieux, les plus belles actions et les plus hautes pensées ? N’est-il pas le souffle de l’Éternel lui-